Valoriser l’innovation agricole à Mananjara : la rizipisciculture au coeur du projet AMPIANA 2

Au cœur des paysages pittoresques de la commune rurale de Mananjara, une révolution agricole discrète mais prometteuse est en marche. Dans le cadre du projet AMPIANA 2 du programme AFAFI Centre, une visite de terrain révélatrice a été effectuée, mettant en lumière les avancées remarquables dans le domaine de la rizipisciculture.

Une des particularités de ce projet est son engagement en faveur de l’égalité des genres. Lors de la visite de la rizière de Monsieur Bonaventure, il était clair que les femmes étaient activement impliquées dans les activités d’échange et de production. Le travail sur le genre est donc en cours d’intégration, favorisant ainsi une participation inclusive et équilibrée.

Au cœur de l’exploitation de Monsieur Bonaventure se trouve l’intégration de 150 et 100 alevins dans deux parcelles distinctes. Ces jeunes poissons sont élevés avec soin, recevant une alimentation variée comprenant du manioc séché, de la semoule et du soja, mélangés et dispersés dans la rizière. L’efficacité de cette méthode est déjà palpable, avec des alevins atteignant des poids remarquables en seulement un mois d’intégration.

La réussite de la rizipisciculture dépend étroitement de l’approvisionnement en eau. La production de poissons prospère lorsque les sources sont abondantes, ce qui souligne l’importance cruciale de la saison des pluies pour cette activité. Monsieur Bonaventure anticipe déjà des résultats impressionnants, prévoyant la croissance de poissons atteignant 500 g, grâce à la qualité des conditions environnementales et à la gestion avisée de l’élevage.

Outre les bénéfices économiques évidents, la rizipisciculture présente des avantages écologiques notables. Les feuilles de riz sont plus vertes et leur production est améliorée, grâce à la richesse des sols où elles sont cultivées. Cette approche témoigne d’une harmonie entre l’agriculture et l’aquaculture, favorisant une utilisation durable des ressources naturelles.

En termes de nutrition, les retombées sont également significatives. Les bénéficiaires du projet affirment que chaque ménage dans la commune consomme du poisson, soulignant ainsi l’impact direct sur la sécurité alimentaire et la diversification des sources de protéines.

Une autre collaboration fructueuse dans les rizières de Mananjara

Au cours de la visite de terrain dynamique à Mananjara, une autre facette intéressante de la rizipisciculture a été mise en lumière : celle d’un couple travaillant ensemble sur une petite parcelle de 6 ares au total. 

Pour le couple, cette activité est une découverte. Ils expriment ouvertement leur enthousiasme à l’idée d’explorer de nouvelles pratiques agricoles et de contribuer ainsi au développement de leur communauté. Leur collaboration harmonieuse et complémentaire démontre l’importance de la diversité des acteurs dans le développement agricole. 

Ils ont intégré 125 alevins et expriment leur enthousiasme pour cette nouvelle expérience. En ce qui concerne le rôle de la femme, il est intéressant de noter qu’elle est impliquée dans tous les aspects de l’activité, à l’exception du travail de creusage de la terre. Cette répartition des tâches reflète non seulement les normes culturelles locales, mais aussi la réalité de la collaboration et du partage des responsabilités au sein du foyer.

En conclusion, la visite de terrain à Mananjara a révélé les progrès impressionnants réalisés dans le cadre du projet AMPIANA 2. En intégrant de manière innovante la rizipisciculture dans les pratiques agricoles locales, ce projet ouvre de nouvelles perspectives pour le développement rural durable et inclusif. Ce projet, parmi quatre autres (DIABE, AMBIOKA, PROFILAIT et TAFITA), est financé par l’Union européenne.

Voir la galerie photos